A la frontière du mythe et l’histoire, Zakynthos est supposée avoir été fondée et nommée d’après le fils du légendaire Dardanos, puis conquise plus tard par Ulysse, le roi mythologique d’Ithaque. Connues sont les alliances entre Athènes et Sparte, la soumission aux Romains ainsi que la domination par les Vénitiens, ces derniers ayant quitté l’île pour la laisser aux Autrichiens, jusqu’à ce qu’elle devienne un protectorat britannique.

En d’autres termes, les reflets de Zante, avec ses aspects cosmopolites actuels et la succession historique de tant de cultures différentes, brillent harmonieusement ensemble.

Mais l’aspect le plus étonnant est la beauté sauvage et naturelle de la côte ouest, avec des plages de sable blanc entre des falaises rocheuses, la couleur de l’eau dans toutes ses nuances, allant du bleu pâle à la plus légère turquoise de la plage de Navagio, par exemple, à ne pas manquer !

La côte et la mer ont inspiré de nombreux artistes et écrivains, entre autre l’Italien Ugo Foscolo qui a consacré à l’île son fameux poème « Pour Zakynthos ».

 

 

A ZANTE

Jamais plus je n’aborderai les rivages sacrés

qui gardent le souvenir de ma petite enfance,

ma Zante, toi qui te mire dans l’onde

de la mer grecque d’où est née la vierge

 

Vénus, déesse qui de son premier sourire

féconda ces îles, pour ne faire taire

ni la clarté de tes cieux ni la fronde

des illustres vers de celui qui chanta

 

la fatalité des flots et l’incessant exil

aussi glorieux qu’aventureux dont revint

Ulysse pour embrasser sa pierreuse Ithaque.

 

Tu n’auras rien que le chant de ton fils,

ô terre maternelle; car il est de ceux auxquels

le destin prescrit une tombe sans larmes.

A ZACINTO

Né più mai toccherò le sacre sponde

ove il mio corpo fanciulletto giacque,

Zacinto mia, che te specchi nell’onde

del greco mar da cui vergine nacque

 

Venere, e fea quelle isole feconde

col suo primo sorriso, onde non tacque

le tue limpide nubi e le tue fronde

l’inclito verso di colui che l’acque

 

cantò fatali, ed il diverso esilio

per cui bello di fama e di sventura

baciò la sua petrosa Itaca Ulisse.

 

Tu non altro che il canto avrai del figlio,

o materna mia terra; a noi prescrisse

il fato illacrimata sepoltura.

 

Sonnet « A Zacinto » written 1802-1803.

From the Italian poet Ugo Foscolo (b. Zakynthos 1778 – d. England 1827).